Un jour sur un vide-grenier je suis tombée sur le l'encyclopédie des Yokaïs de Shigeru Mizuki. Les Yokaïs je connaissais, mais pas très bien. Je suis rentrée dans ce monde étrange qui avait tout pour me fasciner. Les Yokaïs ce sont ces créatures purement japonaises, fantômes ou divinités liées à la nature dont la diversité et l'étrangeté pourraient sortir tout droit d'un tableau de Jérôme Bosch.

J'ai rapidement cherché comment m'accaparer leur monde, pour cela je devais trouver un lien.

Avant d'adapter mon dessin à l'illustration pour enfants, je dessinais de façon réaliste en faisant de la BD,

et depuis un petit moment j'avais l'envie de revenir à mes débuts. Mon personnage a vite pris forme et ensuite très rapidement ses aventures. J'ai pris des notes du film qui se déroulait dans ma tête, et j'ai du travail pour plusieurs années... Mon héros est un solitaire dans la lignée du cowboy des westerns hollywoodiens, bien inspirés eux-mêmes par les films de samouraïs. D'où vient-il? Qui est-il vraiment? On ne le saura peut-être pas.

Il traverse le Japon de la période d'Edo, croisant

le chemin de Yokaïs plus ou moins rancuniers

envers sa personne, vu qu'il a tendance à les

découper en rondelles.

Cette histoire c'est aussi l'occasion de faire

un portrait rigoureux du Japon de cette

époque en traversant ses paysages

changeants, ses traditions et ses

cultures populaires. J'ai donc

commencé par faire un dossier de

recherches iconographiques

véritablement énorme pour

​être la plus juste possible.

Retrouver les bases d'un dessin plus réaliste n'a pas été une mince affaire, pour preuve le nombre de planches recommencées. La mise en couleurs uniquement aux crayons, pas davantage, vu le temps que cela prend, mais cela en vaut la peine. 

Vous verrez peu de Yokaïs dans les planches ci-dessous, je préfère garder le mystère.

KAGURA

© 2019 Emmanuelle Brillet

  • Instagram
  • facebook-square